Houlgate – Les villas “fin de siècle”

A quelques kilomètres à l’est de Cabourg, juste de l’autre côté de l’embouchure de la Dives, on aperçoit Houlgate. Simple lieu-dit  de la commune de Beuzeval au début du XIXe siècle, où quelques familles aisées de Caen venaient passer leurs vacances d’été, Houlgate suivra le développement des stations balnéaires de la Côte fleurie. Là encore, de joyeux bâtisseurs, avocats, banquiers et notables caennais sont attirés par les perspectives juteuses de la mode des bains de mer. Ils achètent en 1858 les dunes de Beuzeval, à l’est du ruisseau du Dronchon, jusqu’aux falaises des Vaches noires. Jacques-Claude Baumier, architecte à Caen, conçoit le Grand Hôtel en 1870, qui écrase toujours de ses imposantes dimensions la petite station. Il dessinera également quelques-unes des plus belles villas de style international qu’on peut encore voir sur le front de mer. Il faut monter en haut de la butte Caumont pour un point de vue unique sur Dives et Cabourg. Le circuit des 500 marches (fléchage rouge) proposé par l’office de tourisme peut être une bonne façon de découvrir la station sur la Côte fleurie.

L’architecture de villégiature

Houlgate possède un très bel ensemble de villas de style international de la fin du XIXe siècle, rue Henri-Dobert, rue des Bains en passant par l’avenue du Sporting, la rue Henri-Jouvet jusqu’à la rue Baumier. Toutes les inspirations ont trouvé ici leur terrain d’expression, du plus moyennâgeux au plus classique.

La chapelle, villa-église

La première église d’Houlgate, conçue par Jacques-Claude Baumier, le premier architecte de la station, devenue trop petite, a été reconvrtie en villa baptisée comme il se doit… la Chapelle (rue jean-Vasnier)

Le manoir de Beuzeval

Belle bâtisse de style gothique anglais du XIXe siècle, à droite sur la route de Deauville, en remontant la vallée de Dronchon. Le manoir de brique et de pierre a été construit sur l’emplacement de l’ancien château de Beuzeval.

Vue imprenable

Le 6 septembre 1912, Roland Garros battit le record d’altitude à plus de 5 000 mètres au-dessus de la plage d’Houlgate, à bord de son monoplan Blériot, sous les yeux de Louis Bréguet, le célèbre pionner de l’aviation.